Votre panier est vide

n°71

L’hébergement en maison d’accueil et le suivi à domicile, complémentaires pour sortir de la rue


Interview de :

MONTLUC Hélène

Coordinatrice pédagogique de l’asbl Un Toit à Soi (Les Petits Riens)


Résumé :

Dans leur lutte contre la pauvreté et l’exclusion, l’asbl Les Petits Riens se mobilise sur différents axes de travail, dont le logement, outil essentiel pour sortir de la rue. Proposer un toit aux personnes sans-abri, les guider dans leur recherche d’une habitation, les épauler dans leur installation et les soutenir dans la création d’un projet et dans sa réalisation constituent ainsi une partie essentielle de l’action sociale des Petits Riens. Avec ses 120 lits, l’asbl gère la plus grande Maison d’Accueil du pays et a créé une asbl soeur, Un Toit à Soi, qui propose un service de guidance à domicile aux anciens sans-abri qui y ont séjourné. L’Observatoire a rencontré Hélène Montluc, ancienne travailleuse sociale à la Maison d’Accueil des Petits Riens devenue coordinatrice pédagogique à l’asbl Un Toit à Soi, afin d’en savoir plus sur cette cohabitation entre institution traditionnelle et formules alternatives.


Mots-clés :

Logement communautaire, logement alternatif, autonomie, sans-abri, accompagnement social


Extrait :

H.M. : L’autonomie est devenue une injonction qui fait pression sur les usagers comme sur les travailleurs sociaux. Mais que signifie ce mot exactement ? L’autonomie ne signifie pas forcément la même chose pour chacun, ni dans chaque contexte. Ainsi, si on partage une maison ou un appartement avec d’autres co-locataires, est-on pour autant moins autonome ? Faut-il être capable de vivre seul pour faire la preuve de son autonomie ? N’y a-t-il pas de place pour la créativité et les initiatives nouvelles ? Etre autonome est souvent confondu avec le fait d’avoir un logement, un emploi... Vous savez, l’influence de ces représentations est si forte que c’est ce à quoi aspirent d’emblée la plupart de nos usagers, y compris les plus marginaux : trouver un emploi, un appart, s’acheter une auto. Certains s’en trouvent pourtant à des années lumières. Nous veillons donc à freiner ces rêves où autonomie et confort ou conformisme se confondent et préférons privilégier la construction, avec la personne, de projets plus modestes qui tiennent compte de leurs possibilités, qui peuvent leur servir de feuille de route pour gagner en autonomie, mais au sens d’une reprise en mains de sa propre vie permettant de (re)trouver la dignité. C’est un long parcours qui ne peut se construire que dans une relation de confiance entre le travailleur social et l’usager.

Abonnez-vous !
  • 4 numéros que se suivent
  • Prix préférentiel au numéro
  • Frais d’envoi gratuits !
Articles

Prendre soin de la terre & des humains Réflexions au départ de la naissance et de la croissance de 'Nos Oignons'

retour au sommaire du n°90 "Jardinons le social, cultivons un autre monde" Auteur(s) : Quentin MORTIER Coordinateur Pôle Etudes & Animations, SAW-B Premières lignes : Les acteurs se revendiquant de l’économie sociale ont-ils conscience de la profonde mutation de notre rapport au monde qui (...)

Moyens de paiement