Votre panier est vide

n° 103 - 2020

Comment se dessinent les fins d’accompagnement

Si les fins d’accompagnement sont parfois synonymes de « succès » tant aux yeux des intervenants que du bénéficiaire, dans d’autres situations, elles peuvent susciter chez les premiers et/ou le second des sentiments d’échec, d’impuissance, d’inachevé, de culpabilité, de crainte, d’abandon... Quand, pour quelles raisons l’accompagnement, s’arrête-t-il ? Quelles difficultés, enjeux, défis soulève la clôture de l’intervention ? Comment la penser, l’anticiper, la préparer au mieux ?

Éditorial

Dans l’état social actif, les fins d’accompagnement sont presque systématiquement programmées, elles font partie d’un processus vu en étapes, construit par paliers, amenant la personne présentant des difficultés et des manques, à acquérir progressivement des compétences et des capacités qui, in fine et idéalement, devraient lui permettre de quitter son statut de bénéficiaire et retrouver une pleine autonomie !

Dans la réalité, les fins d’accompagnement s’inscrivent bel et bien dans une temporalité déterminée, certes éventuellement aménageable, mais elles ne vont pas nécessairement de soi, ni pour les personnes aidées, ni pour les professionnels. De même, elles n’aboutissent pas toujours aux objectifs définis. Certaines peuvent surprendre positivement et correspondre à un réel envol, une autonomie plus affirmée, mais d’autres peuvent se solder par des échecs, des abandons, des retours à la case départ, créant des questionnements et parfois des sentiments d’inachevé, de crainte, de culpabilité, ... surtout quand les personnes se volatilisent vers un ailleurs inconnu et une possible errance.

Cependant, ce qui caractérise particulièrement ces fins, est certainement qu’elles n’en sont pas ou rarement ! Ainsi, bien souvent, elles ouvrent plutôt sur de nouveaux commencements : une nouvelle prise en charge, une nouvelle structure, un nouvel encadrement, plus léger ou mieux adapté, et parfois, un nouveau départ dans un lieu de vie à soi, avec la mise en place de services en satellites.

On retrouve ici, sinon l’idée de paliers, celle de continuité où les fins méritent d’être préparées car elles font partie intégrante du processus ; voire même d’être pensées dès le départ, en même temps que les objectifs qui, eux-mêmes, évolueront tout au long. Cette préparation passe par des moments d’écoute, d’échanges et de parler vrai avec la personne mais aussi par une attention portée à la façon de faire lien avec elle puisqu’il faudra inévitablement le défaire... Elle nécessite aussi de la part des équipes des réunions, des supervisions, des rencontres avec l’entourage, les tiers, les éventuels mandants, et aussi des adaptations, de l’imagination, du réseautage pour créer des pistes et des alliances pour l’après. Enfin, quand le moment approche, la pratique du tuilage permettra, si l’on en prend soin, d’assurer au mieux la passation, le relais et de réduire le risque que la personne, traînant déjà parfois dans son parcours nombre de ruptures et d’abandons, ne se sente (une nouvelle fois) « lâchée ».

Ces fins, qui veillent à la continuité et peuvent paraître sans fin, travaillent sur le front de la prévention, tendant à éviter aux personnes les plus fragilisées, les rechutes, les enlisements et les tombées à pic dans des situations de plus en plus complexes et dégradées. Elles viennent questionner ainsi le sens et les finalités autonomistes du travail social contemporain, soumis à des logiques managériales et gestionnaires où la segmentation du temps sert l’évaluation. A moins que, prises sous un autre angle, elles n’interrogent nos capacités à oser la rupture ou tout au moins le lâcher-prise.

Sommaire

- Stop ou encore ? La fin de l’accompagnement en question(s) - Claudine HOURCADET

- L’introuvable fin de la relation d’aide. Une illustration des paradoxes du travail social contemporain - Alexia SERRÉ et Justine VLEMINCKX

- Politique sociale d’intervention. Accompagnement sans fin et pratiques prudentielles - Didier VRANCKEN

- Structure résidentielle et réinsertion pour les personnes dépendantes : « le principe de réalité » - Natacha DELMOTTE

- Fins d’accompagnement, prises de distance... Quels processus possibles avec des personnes concernées par la prostitution - Mireille DUPRÉ LA TOUR , Chantal CHEVAL et Catherine DESCHAMPS CIALIX

- La fin de l’intervention... quand celle-ci n’est pas choisie - Sandra DELLA FAILLE (avec le support de Joëlle LEGRÈVE, Pascale MARISSIAUX et Rosa PUGLIA)

- Des fins d’intervention rapides et programmées. Défis d’une équipe mobile de crise - Nathanaël CLOOTS (interview)

- Inscrire la clôture dans la continuité des soins au sein d’un réseau global centré sur le bénéficiaire - Benjamin WOLFF et Yannick HALLEUX

- Les fins d’hébergement en maison de soins psychiatriques - Géraldine FINEUSE (interview)

- Paradoxes du travail avec les enfants souffrant de troubles de l’attachement entre la nécessité de la création du lien et l’anticipation de la séparation - Vincent CHEVALIER, Vincent CHENO, Hélène PENSIS, Stéphane SÉNÉPART

- Il était une fois… L’analogie des contes pour éclairer les fins d’accompagnement en service de logements supervisés - Virginie MARCHAL

- Famille d’accueil un jour, famille d’accueil toujours ? - Marie-Éve VIESLET, Anne KETELSLEGERS, en collaboration avec toute l’équipe de la Ridelle

- Adolescence, mise en autonomie et fin d’intervention - Rabie BAJRAKTARI

- La fin de l’accueil n’est pas toujours synonyme de fin d’accompagnement. Le suivi post-hébergement - l’équipe de l’AMA


HORS DOSSIER (rubrique COUP D’OEIL) :

- - Les usager·es de drogues face à la crise sanitaire Quelles leçons tirer pour demain ? - Clémentine STÉVENOT Article en libre accès !!

- Le Krump danse urbaine et outil socio-éducatif potentiel - Jonathan COLLIN

Articles

Accompagnement du handicap en milieu précarisé

Article issu du n° 68 - Annonce du handicap de l’enfant Auteur(s) HAIRS Vinciane Directrice des Services d’Aide et d’Intervention Précoces de Soumagne et Waremme DALLA PIAZZA Serge Docteur en psychologie Introduction : La naissance d’un enfant porteur d’un handicap représente un choc terrible (...)

Moyens de paiement