Élément ajouté au panier

78 - Travail - famille : une question d’équilibre ? - 2013

La conciliation travail-famille s’est imposée comme un véritable enjeu de société, que les sciences humaines, les pouvoirs publics, les professionnels de la santé et du social et, de plus en plus, les entreprises, prennent aujourd’hui au sérieux. Quels facteurs, économiques et culturels, ont contribué à rendre l’équilibre travail-famille aussi problématique ? Comment les pouvoirs publics et les entreprises tentent-ils d’y répondre ? Quelles autres pistes de solutions, jusque-là peu explorées, pourraient être mises en œuvre ?...

Éditorial

La conciliation entre vie professionnelle et vie familiale constitue aujourd’hui un sujet de préoccupation largement partagé. Outre les nombreuses personnes directement concernées, les sciences humaines, les pouvoirs publics, les professionnels de la santé et du social et, de plus en plus, les entreprises ont pris conscience de l’importance de cette question. En témoigne le colloque tenu les 7 et 11 octobre 2013 à Namur, dans le cadre de la semaine antistress* initiée par la Ministre régionale Eliane Tillieux. Ce colloque, coordonné par le CRéSaM, Centre de Référence en Santé Mentale**, a réuni des acteurs d’horizons variés dont vous retrouverez les contributions dans ce dossier.

Divers facteurs, analysés lors de ce colloque, ont contribué à faire de l’articulation travail-famille un nouvel enjeu de société. Au niveau du monde du travail, pointons la flexibilisation du travail et du temps de travail, la précarisation des emplois, la pression liée au contexte économique ou l’arrivée massive des femmes sur le marché de l’emploi. Cette dernière a mis à mal la logique traditionnelle selon laquelle la femme s’occupait du ménage et des enfants pendant que l’homme « ramenait le pain » à la maison. Les habitudes ont cependant la vie dure et le travail rémunéré des femmes ne les a pas pour autant délestées du poids du travail familial. C’est bien sur celles-ci, articulant un travail familial exigeant avec un métier qui, même à temps partiel, comporte son lot de stress (sans les perspectives de carrière qui vont avec), que pèse le plus lourdement le fardeau d’une double responsabilité, familiale et professionnelle.

Si cette question de l’articulation entre travail et famille se pose aujourd’hui de façon aussi aigue, cela s’explique également par des transformations culturelles largement indépendantes du marché de l’emploi. Le bien-être des enfants est davantage valorisé et rend d’autant plus prenant le rôle parental. De même, l’individualisation et la quête d’épanouissement personnel qui caractérisent nos sociétés « post-modernes » ont fortement contribué à problématiser cette articulation. Il n’est plus question de sacrifier, par « devoir », la vie familiale pour la vie professionnelle, ou l’inverse. Chacune de ces deux sphères est perçue comme le lieu d’un accomplissement personnel, et donc d’autant plus génératrice de déceptions et de stress. Une des contributions se penche à ce titre sur les nouvelles attentes à l’égard du couple et de la famille et sur les effets de ce processus d’individualisation : augmentation des séparations, des familles monoparentales, des recompositions familiales, autant de phénomènes qui génèrent de nouvelles incertitudes et de nouveaux stress à gérer.

Plusieurs contributeurs s’attardent enfin sur les façons de répondre à ce défi de la conciliation travail-famille. Une entreprise y présente son approche, tandis que des chercheurs analysent les dispositifs de conciliation actuellement proposés par les pouvoirs publics et/ou les entreprises, avec un regard parfois très critique mais toujours constructif, appelant à réfléchir sur les pistes de solutions qu’ils suggèrent.

Romain LECOMTE, assistant de publication, et Christiane BONTEMPS, directrice du CRéSaM

*Voir l’annexe en fin de dossier.

**Voir l’article du CRéSAM dans la partie Coup d’oeil de ce numéro.

La Concertation restauratrice en groupe sous l’angle particulier de l’implication de l’entourage des jeunes concernés

retour au sommaire du n°89 "Travailler avec les proches" Acheter le pdf Auteur(s) : Joanne CESCOTTO Directrice adjointe d’Arpège Résumé : Quand un mineur d’âge commet un fait qualifié infraction, le juge de la jeunesse peut proposer une Concertation Restauratrice en Groupe. Celleci (...)

lire la suite
lien vers facebook
logo-Paypal