Votre panier est vide

n° 57 - 2008

Mineurs étrangers non accompagnés

Ces enfants ont tous une histoire à raconter, différente par les faits, les anecdotes qui la jalonnent, semblable parce qu’elle parle de peur, d’abandon, de trahison, de désillusion... Certains ont pris la route seuls, décidés à gagner l’Eldorado européen, d’autres ont été incités, mandatés par leur famille pour trouver un avenir meilleur, une scolarité de bon niveau, une sécurité, une vie sans misère, les moyens d’aider ceux restés au pays. A leur arrivée, la plupart sont complètement désorientés,parfois ils ne savent pas exactement où ils sont, ils ne comprennent pas ce que l’on attend d’eux...

Éditorial

La migration des mineurs étrangers non acccompagnés est un phénomène récent qui interpelle à plus d’un titre. En progression constante, depuis le début des années 90, il concerne l’ensemble des pays de l’Union européenne et n’est pas sans lien avec la mondialisation. Touchant un public fragile dont la situation, le parcours ne peut laisser indifférent, il appelle les Etats à prendre des mesures spécifiques qui placent l’intérêt supérieur de l’Enfant au centre du processus.

Ces enfants viennent de différentes régions du monde. En Belgique, les pays les plus représentés sont : le Kosovo, l’Afghanistan, la Guinée, la République démocratique du Congo, la Côte d’Ivoire, la Russie, l’Irak, le Maroc... Ces enfants ont tous une histoire à raconter, différente par les faits, les anecdotes qui la jalonnent, semblable parce qu’elle parle de peur, d’abandon, de trahison, de désillusion... Certains ont pris la route seuls, décidés à gagner l’Eldorado européen, d’autres ont été incités, mandatés par leur famille pour trouver un avenir meilleur, une scolarité de bon niveau, une sécurité, une vie sans misère, les moyens d’aider ceux restés au pays. Sans avoir toujours le choix. Avec l’angoisse, la peur de l’inconnu. Avec le poids d’une mission, d’une responsabilité qui dépasse la carrure de leurs épaules. Ils viennent en camion, par avion, cachés ou munis de faux documents. Souvent par l’entremise d’un passeur qui, la plupart du temps, les laissera livrés à eux-mêmes une fois la frontière passée, à moins qu’il ne les enferme dans une filière pour l’esclavage domestique ou la prostitution...

A leur arrivée, la plupart sont complètement désorientés, ils ne parlent pas toujours la langue du pays, parfois ils ne savent pas exactement où ils sont, ils ne comprennent pas ce que l’on attend d’eux, les procédures sont compliquées, certains ne savent ni lire, ni écrire, l’univers dans lequel ils débarquent leur est complètement inconnu ou tellement différent de ce qu’ils avaient imaginé, ils ont souvent peur de demander de l’aide et peur de ceux qui les aident...

Les dispositifs mis en place pour accueillir et protéger ces enfants diffèrent d’un pays à l’autre. En Belgique, depuis l’affaire Tabitha, plusieurs dispositions ont cependant été prises pour faire évoluer le système et prendre en compte leur fragilité. Le mena se voit désormais désigner un tuteur qui l’assiste, le guide à chaque étape des procédures et veille à prendre soin de lui. Surtout, un mena ne peut plus séjourner dans un centre fermé, un accueil spécifique en trois phases ayant été conçu, allant de l’observation à la mise en autonomie avec pour fil conducteur un projet de vie comme le recommande le Conseil de l’Europe. Il reste cependant quelques questions à poser sur la table, quelques améliorations à mettre en pratique, quelques rouages à huiler car les mineurs étrangers non accompagnés sont un thème délicat autour duquel se retrouvent plusieurs départements, Intégration sociale, Justice, Affaires intérieures, Aide à la Jeunesse... qui n’en partagent pas toujours la même (com)préhension.

Colette Leclercq

Sommaire

- Mondialisation et migrations internationales - Groupe d’auteurs

- Mineurs étrangers non accompagnés et séparés en Europe. L’ampleur du phénomène - Daniel SENOVILLA HERNANDEZ

- Mena... Qui sont-ils ? Comment agir dans l’intérêt supérieur de l’Enfant ? - Najat MAALLA M’JID

- Belgique : les récentes interventions du Législateur - Céline DERMITE

- L’accueil des mineurs étrangers non accompagnés - Anne LESTEMONT, Benoît MANSY

- Des jeunes demandeurs d’asile - Hedwige De BIOURGE

- Le service des Tutelles... au service de l’intérêt supérieur de l’enfant - Colette LECLERCQ d’après Marianne TILOT

- Comment entendre leur histoire ? - LéON JANSSEN

- Comment travailler à leur intégration ? - Arthur BAES

- Tranches de vie, Vies tranchées

- Centre « El Paso » : projet éducatif individualisé - Anne-Laure Le CARDINAL-LAMBRECHTS

- Quel travail avec les familles ? Quand la loyauté devient symptôme - Anne-Laure Le CARDINAL-LAMBRECHT

- Esperanto. Pourquoi un centre caché ? - François SANDRINE

- Mentor Escale, un accompagnement vers l’autonomie - Colette LECLERCQ

- Projet Relais : une méthode alternative de prise en charge des mena - Abdoul Moumouni OUSMANE

- Disparitions ou départs volontaires ? Les dossiers traités par Child Focus - Stéphanie De SMET

- Pourquoi fuguent-ils ? Tentative d’approche constructive et propositions pour une meilleure prise en charge - Marie-Claire VALLAUD

- L’aéroport, un lieu sûr pour les mineurs voyageant seuls ? - Colette LECLERCQ

- Questions en suspens & pistes pour une meilleure protection des tous les menas - Charlotte VAN ZEEBROECK

Articles

Grossesse et violences conjugales : impact sur l'enfant

Retour au sommaire du n°59 "Enfants exposés aux violences conjugales" Auteur(s) : Dr Muriel Salmona, Psychiatre-psychothérapeute, Responsable de l’Antenne 92 de l’Institut de Victimologie, Médecin du Réseau Victimo, France Premières lignes : De nombreuses études montrent que si la grossesse peut (...)

Moyens de paiement